Le Ghana, prêt à refaire l’exploit de 2010

Huit ans après sa dernière participation au mondial brésilien, le Ghana retrouve le chemin de cette compétition ce jeudi face au Portugal. Dans un groupe constitué aussi de la Corée du Sud et l’Uruguay, les Black Stars espèrent faire aussi mieux qu’en 2010 où ils avaient atteint les quarts de finale.

Une qualification difficile

Si les Ghanéens ont été incapables de se qualifier pour le Mondial 2018, devancés dans leur groupe de qualification par les Egyptiens et Ougandais, cela n’a pas été le cas pour cette édition qatarie. Ayant disputé une phase de qualifications rude, les Blacks Stars du Ghana ont dû cravacher dur pour obtenir leur ticket. Premiers de leur groupe, à égalité de points avec l’Afrique du Sud (13), les Ghanéens ont accédé au tour suivant grâce à un but marqué de plus que les Bafana Bafana. Le match des barrages s’est avéré serrer contre le Nigéria, l’autre grande nation de football de l’Afrique de l’Ouest. Après un score nul et vierge à Kumasi, les deux formations se sont également neutralisées à Abuja lors du match retour (1-1). C’est grâce au but marqué à l’extérieur que les Ghanéens ont eu droit à leur qualification pour ce mondial. Sans convaincre, mais avec une ligne directrice claire, l’équipe ghanéenne a passé l’obstacle nigérian mais les futurs adversaires mondialistes seront d’un autre calibre.

Retrouvailles avec le Portugal et l’Uruguay

Avec un groupe ultra relevé, constitué du Portugal de Cristiano Ronaldo, de l’Uruguay de Suarez et Cavani et de la Corée du Sud porté par Heung-Min Son, le Ghana affrontera, comme en 2014 avec l’Allemagne, le Portugal et les Etats-Unis, de grandes nations de football.

Les Blacks Stars recroiseront donc la route du Portugal ce jeudi 24 novembre. Cette formation les avait battus en 2014 (2-1) via une réalisation de John Boyce contre son camp et un but de l’inévitable Ronaldo. Il s’agira, cette fois, d’inverser la tendance pour espérer une qualification en huitième de finales, contrairement à l’année 2014 où le Ghana avait fini dernier du groupe G avec un seul point.

La Corée du Sud, le second adversaire, semble être l’équipe la plus abordable. Mais il faudra se méfier de cette formation qui en sera à sa dixième Coupe du Monde consécutive pour onze participations au total. Lors des deux récentes Coupes du Monde, cette formation a été éliminée au premier tour et aura à cœur de faire mieux cette fois.

L’Uruguay sera le troisième adversaire qu’affrontera le Ghana. Rencontre très attendue puisque historique, ce duel marquera les premières retrouvailles entre les deux formations depuis le fameux quart de finale perdu par les Ghanéens aux tirs au but en 2010. Avec un air de revanche, même si beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis lors, l’équipe ghanéenne voudra battre cet Uruguay qui aura fait pleurer Asamoah Gyan et tout le continent africain.

Coach ghanéen, effectif riche

L’équipe du Ghana est dirigée par Otto Addo, un ancien international, évoluant jadis au poste de milieu de terrain. Pour mener à bien ses objectifs, celui-ci peut compter sur un effectif qui combine à la fois jeunesse et expérience. Avec un Thomas Parthey (joueur d’Arsenal) qui prend de plus en plus de l’importance dans cette équipe, les Blacks Stars pourront aussi compter sur de vieux briscards tels que les frères Jordan et André Ayew pour guider les plus jeunes. Naturalisé ghanéeen en juillet 2022, Inaki Williams, de l’Athletic Bilbao, fait également partie des stars de cet effectif.

Le niveau de cette équipe est difficile à déterminer tant elle enchaîne les prestations en dents de scie. Eliminée de la CAN organisée au Cameroun dès le premier tour, la sélection ghanéenne s’est toutefois bien reprise en décrochant sa qualification pour le mondial malgré des prestations peu convaincantes. La lourde défaite en amical contre le Brésil (3-0) en juin dernier puis la victoire contre le Nicaragua (1-0) auront permis au coach Addo de se faire une idée claire des joueurs à sélectionner. La Coupe du Monde étant une compétition différente, avec des enjeux plus élevés et une adrénaline plus conséquente, nul doute que le Ghana saura élever le niveau de son jeu. L’Afrique n’attend que cela …

Yves Tchanga

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s