Une étoile noire dans le ciel du ballet

image

« Il faut donner, à tous les enfants, une chance égale. Chaque enfant ne sera pas une vedette mais il faut que chaque enfant ait les mêmes chances et les capacités de pouvoir réussir. » – Arthur Mitchell.

A l’époque, les temps étaient durs pour les Noirs en général. Il était difficile pour une personne avec des origines africaines de se faire une place dans ce monde, de devenir « quelqu’un ». Les médias ne leur donnaient pas une image favorable et les choix concernant leur avenir étaient limités.

Aujourd’hui, l’éventail de perspectives est beaucoup plus large. Les Noirs ont maintenant de nombreux modèles dont ils peuvent s’inspirer. Ils peuvent, par exemple, envisager de faire du tennis en s’inspirant de Serena Williams, de devenir médecin en observant le docteur Mukwege, astronaute en se référant au docteur Bernard Harris, avocat en voyant Johnny Cochran, gymnaste en regardant Simones Biles, nageuse en prenant exemple sur Simone Manuel, voire même présidente en suivant les pas de Shale-Work Zwede. En effet, les modèles de réussite issus de la minorité ne sont plus forcément des sportifs, des chanteurs ou des acteurs, il y a d’autres disciplines où des personnalités ont laissé leurs empreintes.

« Marche dans une pièce en sachant que tu es quelqu’un, quelqu’un de spécial. Ne les laisse pas te briser ou te rabaisser » – Arthur Mitchell.

Le 19 septembre dernier, nous avons perdu une icône. Le New-York Times l’a surnommé « Le grand-père de la diversité dans le monde du ballet ». Il s’agit d’Arthur Mitchell, le premier danseur étoile noir.

Ce jeune enfant issu d’une famille pauvre de Harlem a su briser les codes. Ces codes qui, à l’époque, disaient qu’un corps noir n’était pas fait pour la danse classique. Il s’est battu et a travaillé sans relâche jusqu’à intégrer le célèbre New-York City Ballet en 1955. Deux années après, repéré par le créateur même du ballet, George Balanchine, Mitchell a réussi à décrocher le premier rôle dans « Agôn » aux côtés de Diana Adams.

En pleine époque ségrégationniste aux États-Unis, il était impossible pour un enfant issu des quartiers pauvres d’Harlem d’imaginer faire du ballet. De son propre aveu, « Tout le monde était contre lui avant la représentation ». Il a essuyé des critiques et injures racistes mais a finalement réussi à conquérir la foule et à « rentrer dans le cœur des américains en dansant » comme il le disait .

Arthur Mitchell voulait être plus qu’un pionnier dans le monde de la danse classique, il voulait ouvrir la voie pour les personnes qui ont eu un passé difficile comme lui, montrer que les Noirs aussi pouvaient faire de la danse classique. C’est après la mort de Martin Luther King qu’il a décidé de créer La Dance Theather of Harlem, la première école de danse classique dans un quartier défavorisé composé majoritairement d’afro-américains. Les premiers cours se sont même donnés dans un parking.

Aujourd’hui, cette école est une institution dans le monde de la danse classique et Mitchell a ouvert la voie à de nombreux artistes telle que Misty Copeland qui est devenu en 2007 une danseuse étoile.

Il s’est éteint à l’âge de 84 ans mais il laissera une trace indélébile dans l’histoire ; celle d’un homme qui a su casser les codes, ouvrir les barrières pour permettre à un enfant noir de se dire : « Moi aussi, je peux devenir danseur/danseuse étoile ! ».

image

M.A.D.

Crédit image 1 : Arthur Mitchell in 1963. He was one of the most popular dancers with the New York City Ballet in the 1950s and’60s.CreditCreditJack Mitchell/Getty Images.

Crédit image 2 : A studio outreach class at the Dance Theater of Harlem in the 1970s. CreditArthur Mitchell Collection, Rare Book & Manuscript Library, Columbia University.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s