Blackface : mais d’où viens-tu ?

image

Pendant la période des baptêmes estudiantins ayant eu lieu un peu partout en Belgique, des étudiants de différentes universités belges se sont peint la peau en noir, lors de la fête d’Halloween ou encore la période de Carnaval et Saint-Nicolas, nous pouvons aussi observer ce phénomène de personnes blanches se grimant la peau en noir. Nous pourrions nous poser la question de savoir pourquoi mais surtout comment en est-on arrivé là ?

 

Définition et contexte historique

Avant même de se lancer dans une analyse historique du blackface, il nous paraît important de définir ce concept Dieu sait combien mal compris ou mal perçu par certains. Le blackface est : « un maquillage sombre porté par une personne blanche dans le but de ressembler à une personne noire ».

Il faudrait, à notre sens, aller plus loin dans cette définition et ajouter que bien souvent le fait de « se maquiller » pour avoir la peau noire est/était fait dans le but de consciemment ou inconsciemment mépriser les personnes noires en les représentant de manière stéréotypée, c’est-à-dire en accentuant des attraits physiques soit-disant caractéristiques des personnes noires tels que de grosses lèvres roses une peau ébène et un afro. Aussi, il n’est pas pratiqué que par des personnes blanches mais aussi en Asie, par des personnes considérant le fait d’être noir ou d’avoir la peau plus foncée comme un « sacrilège ».

Nous sommes tout aussi soucieux de rappeler que cette pratique serait née aux Etats-Unis vers le XIXe siècle dans la forme que nous connaissons. En effet, vers la « fin » de l’esclavage et durant la ségrégation raciale de nombreuses personnalités blanches américaines jouaient des pièces de théatre ou chantaient en utilisant le blackface soit parce qu’ils ne toléraient pas de noirs au théatre parce qu’ils les considéraient si inférieurs qu’ils n’étaient pas capables, intellectuellement parlant, de s’essayer à cet exercice ou tout simplement pour se moquer.

Jim Crow, une chanson dans laquelle un esclave paralysé du même nom était moqué par Thomas Rice en est un exemple parmi d’autres à cette époque. Cette chanson aurait eu tellement de succès que les lois de ségrégations raciales aux Etats-Unis ont porté le même nom lors de leurs adoptions en 1876. Il ne faut pas oublier qu’en Europe aussi, cette pratique était monnaie courante durant la colonisation jusqu’à nos jours.

 

Quelques exemples…

 

image

© PHILIPPE HUGUEN/AFP

Prenons l’exemple de la France et plus spécifiquement du Carnaval de Dunkerque qui a lieu chaque année au mois de Mars : la nuit des Noirs.

Lors de ce Carnaval de cette année, plusieurs voix se sont levées contre cette activité tel que Joanes Louis avocat du CRAN qui considère que « le fait de se grimer la peau n’est pas un jeu » et que cette pratique est raciste ainsi que Pierre d’Almeida, journaliste, qui estime que « c’est bon esprit pour les gens qui ne sont pas concernés par les discriminations et le fait d’être Noir ».

Au contraire, d’autres dont le maire de Dunkerque considèrent qu’il n’y a rien de raciste dans cette activité ayant lieu depuis 50 ans et se demandent pourquoi cela devrait susciter une polémique. La Belgique n’est pas épargnée par cette pratique. En effet, le 15 septembre dernier a failli avoir lieu la « Sortie des Nègres » dans la commune de Lessines. Nous disons ‘failli’ car l’évènement a été annulé par le bourgmestre de la commune à cause d’une lettre du collectif « Bruxelles Panthères » qui a réclamé l’annulation de cet évènement, considérant qu’il s’agissait d’un exemple de pratique raciste par excellence présent dans le folklore belge.

 

image© Lessines.info.

L’organisateur de l’évènement a justifié cette « sortie » par le fait qu’elle représenterait la libération du Congo le 30 Juin 1960 et la visite du Roi Baudouin au Maréchal Mobutu durant les premières années qui ont suivi l’indépendance. Celui-ci ajoute que c’est « une manière de montrer la réalité du comportement des Belges vis-à-vis des Noirs à l’époque » lorsqu’il s’adresse à un journaliste de la DH.

 

Tu existes, tu es « populaire » mais quand cesseras-tu ?

Nous constatons avec effroi, que beaucoup dans les sociétés occidentales ne réalisent pas qu’il s’agit là d’un résidu concret de la colonisation qui ne peut revêtir qu’une connotation négative et non humoristique. Il est évident que la Belgique a vraiment du mal à réaliser un travail de mémoire avec son passé colonial et à notre sens, se grimer la peau équivaut à dire qu’une couleur de peau peut être assimilée à un déguisement et jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas le cas.

Le sociologue Éric Fassin le décrit bien lorsqu’il dit « Le maquillage s’enlève ; c’est donc l’inverse de la race, qui fonctionne comme un stigmate permanent et constamment visible » . Nous pensons que le blackface n’est que la partie visible de l’iceberg que représente la colonisation dans l’inconscient collectif des sociétés européennes et qu’il faut, si l’on considère le fait de se grimer la peau en Noir comme une part intégrante de son folklore, pouvoir remettre en question son patrimoine culturel lorsque cela blesse une grande partie de la population étant donné son origine historique basée sur un système d’oppression de grande ampleur.

L’ONU elle-même, a condamné cette pratique qui, bien que culturelle et folklorique, ne correspondait plus aux mœurs actuelles. Enfin, nous croyons sincèrement que cette pratique problématique ne pourra cesser d’être pratiquée que lorsque les consciences s’éveilleront et que le débat sera libre afin que toutes et tous puissions vivre en paix avec nous-mêmes.

Océane Lessay.

 

Crédit image 1 : loc.gov/pictures/resource/var.1831/

Sources :

http://www.slate.fr/story/129269/blackface-histoire-france

https://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3475817/2018/09/14/Conteste-le-groupe-des-Negres-ne-defilera-pas.dhtml

CRAN = Conseil représentatif des associations noires de France

https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20170901.OBS4094/petite-histoire-du-blackface-comme-ca-vous-savez.html

Traduction de la définition du Cambridge dictionary : :

https://dictionary.cambridge.org/fr/dictionnaire/anglais/blackface

Une réflexion sur “Blackface : mais d’où viens-tu ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s