Le blackfishing : se prétendre Noir

 

image

Depuis le mois dernier, vous avez sûrement dû voir la tête de ces filles tourner sur les réseaux sociaux. Ces femmes sont accusées de prétendre être noires ou métisses par différents moyens (maquillage, chirurgie ou divers produits).

Cette prétention à se faire passer pour des personnes de couleur, c’est ce que la toile a nommé le phénomène du blackfishing (ou niggerfishing) inspiré du mot catfishing qui est le fait de se faire passer pour quelqu’un que l’on est pas.

 

La question n’est pas de débattre sur le fait de faire des tresses, dire le mot « négro » ou que sais-je, c’est plus profond que ça. On parle d’appropriation culturelle. J’entends déjà des personnes dire que les personnes noires « veulent » être blanches aussi (entre autres par le blanchiment de la peau). Là n’est pas la question. Les personnes de couleur noire ont, depuis le temps des colonisations, été considérées comme des personnes « anormales », que leur couleur de peau était une œuvre du Diable et que les colons étaient venus chez eux pour les libérer de cela.

Racisme, injures, insultes, les personnes non-racisées ne le vivent pas, elles ne sont pas oppréssées à cause de leur couleur de peau. Pour les Noirs, changer de style de vie, se blanchir la peau (même si on peut débattre sur le fait que ce soit bien ou pas), est une manière d’être accepté dans une société qui les renvoie toujours à leur couleur de peau. Alors ne venez pas dire que c’est la même chose car ça ne l’est pas. Être Noir n’a jamais été un standard de beauté en Occident. L’imitation est le meilleur moyen de montrer de l’admiration dit-on. Oui, peut-être mais pas l’appropriation culturelle car c’est ce dont il est question en l’espèce.

Aujourd’hui, les femmes noires ont une certaine notoriété sur les réseaux, elles sont plus valorisées dans les médias. Soyons honnêtes, on porte de l’attention aux spécifités typiques africaines (les tresses, le wax, etc.). Certains disent qu’être noir est devenu une mode (« les soirées avec les Noirs sont les meilleures » par exemple). Ces filles veulent sembler plus « éthniques », plus « ambiguës » car il y a un business derrière. Elles sont sponsorisées par des marques de cosmétique pour Noires alors qu’elles ne le sont pas. Elles ont droit à ces sponsors alors que d’autres personnes, réellement noires, pourraient en bénéficier. Si on tient compte du fait que les influenceurs noirs sont en minorité, le fait qu’en plus des personnes non-noires accèdent à leurs bénéfices cause un souci.

Elles sont plébiscitées et relayées sur des pages consacrées à la beauté afro, et avaient des followers qui les suivaient spécialement parce qu’ils pensaient qu’elles étaient noires.

La justification de la plupart de ces femmes est qu’elles bronzent naturellement et fortement durant l’été ou mettent de l’auto-bronzant mais aussi que l’éclairage joue beaucoup et ce n’est pas un problème en soi. Mais ce qu’on leur reproche, c’est le fait d’utiliser du maquillage qui est plus foncé que leur carnation. Clairement, cela leur permet d’avoir des « followers », des « likes » et de l’argent. Elles peuvent « choisir » d’être plus foncées ou plus claires et donc bénéficer des avantages des deux côtés, ce qui n’est pas possible pour une personne noire. Comme apparement, être Noir est devenu une mode et qu’on peut se faire de l’argent sur ça, des personnes blanches peuvent décider de devenir plus foncées. Mais pour avoir, par exemple, un appartement ou un travail, elles peuvent rester comme elles sont et n’ont pas à subir le racisme qui y est lié.

Emma Hallberg est l’une de ces filles accusées de blackfishing. Certains la pensaient pas noire à cause de ses photos… et elle a été soupçonnée d’avoir utilisé cette ambiguité pour avoir des followers. C’était avant que la première photo fasse surface. À cause de cela, elle a été traitée de tous les noms sur les réseaux. Pour apaiser la tension, elle a fourni des explications qui n’ont pas été comprises de tous.

 

image

 

Il en va de même pour Hannah Winifre Tittensor dont le « bronzage » suscite des questions. Elle a cependant avoué qu’elle utilisait des bains solaires, donc un bronzage artificiel.

image

 

Est-ce du blackface ?

Beaucoup de gens considèrent le blackfishing comme du blackface 2.0., moderne. Personnellement, je n’ai pas une vision manichéenne de la situation. Ça peut être considéré comme du blackface 2.0. car le principe reste le même, en ce sens qu’il s’agit toujours de se mettre du maquillage plus foncé que sa couleur de peau pour se faire passer pour une personne de couleur. Mais l’intention est différente car, contrairement au blackface d’origine, le but n’est pas de se moquer, de mépriser des personnes noires en les représentant de manière stéréotypée mais de profiter des avantages, de l’intérêt qu’on porte à ces personnes pour en bénéficer. Les cas du Père fouettard et des Noirauds, des indétournables du folkore belge, sont des exemples de purs blackface.

 

Que pense l’État de ces phénomènes ?

La loi était-elle du même avis que moi ? Malheureusement non. Sur la question de la suppression du personnage de Zwarte Piet, la Belgique, l’UNIA a estimé, en 2014, que le Père Fouettard n’avait pas été construit sur une tradition raciste, alors qu’il est la caricature exagérée d’une personne africaine. Ce n’est pas une question importante pour le pays. Quant aux phénomènes des Noirauds, le but est de récolter des fonds pour des enfants pauvres et le fait de se grimer et de mettre des vêtements de « notables Africains » garantissait leur anonymat. N’oublions pas qu’on se situe à l’époque de la colonisation à la création de concept. Aujourd’hui, ne faudrait-il pas mettre à jour cette tradition qui date de deux siècles ? Est-ce que se grimer de noir fait récolter plus d’argent ? Je ne pense pas. C’est typiquement une tradition qui perpétue le blackface mais qui se cache derrière des objectifs qualifiés de louables.

Le but de cet article est de faire comprendre qu’aujourd’hui, certaines personnes se permettent encore (en 2018, bientôt 2019 !) de faire ce genre de chose, pensant que c’est sans conséquences et évidemment, c’est le cas quand aucune limite n’est posée. Ce qui revient souvent c’est la phrase « vous voulez être Noir(e) sans l’être réellement ». C’est vouloir, à tout le moins, y ressembler mais sans prendre l’oppression, la discrimination qui va avec. En prendre les bénéfices mais pas le reste. Ne pas utiliser leur infuence pour dénoncer le racisme. D’une part, on a des personnes qui continuent d’être discriminées, insultées à cause de leur couleur alors que d’autre part, certaines personnes utilisent cette couleur sans faire face à la réalité.

Être Noir n’est pas une mode et si vous le prenez comme une mode, c’est que vous avez de sérieux problèmes de confiance en vous.

 

Thorique Bénie NKASIA.

 

Crédit photo 1 : https://www.thedailybeast.com/white-instagram-influencers-latest-bid-for-clout-pretending-to-be-black

Crédit photo 2 :
https://www.thestudentroom.co.uk/showthread.php?t=5705864

Crédit photo 3 : https://medium.com/@TheReclaimed/blackface-2-0-the-trend-of-white-women-posing-as-black-women-a09d75073616

Une réflexion sur “Le blackfishing : se prétendre Noir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s