L’appropriation culturelle constitue-t-elle une nouvelle forme de racisme ?

Le concept de l’appropriation culturelle voit le jour durant les années 1980 aux Etats-Unis par l’appui des études postcoloniales. À l’origine, ce concept désignait l’utilisation des éléments culturels – tel que les habitudes esthétiques d’une culture – par une autre. Cependant, au fur et à mesure avec les études universitaires et post coloniales, l’appropriation culturelle prend une autre dimension à connotation négative — ou plutôt une prise de conscience de tout le sens que cette appropriation peut prendre.

L’appropriation se différencie de l’assimilation, l’appréciation et de l’échange culturel. Elle fait l’action de s’approprier quelque chose qui ne nous appartient pas et qu’on ne connait pas. Dans le cadre culturel, l’appropriation est le fait qu’une culture dominante s’approprie les codes et les éléments d’une culture dominée dans un but commercial ou à des fins ludiques, sans donner de crédit à la communauté concernée.

Et depuis les années 2000, ce concept a déployé de nombreux débats à travers le monde. D’un côté, on a les personnes concernées qui prennent les armes et affirment que s’approprier une culture ne peut pas juste être un effet de mode étant donné que cette culture constitue leur identité. Et de l’autre côté, on a ceux qui mettent l’empathie, l’échange ou encore l’appréciation culturelle au cœur de leurs arguments. En effet, leurs idées et perceptions majeures se baseraient sur l’appropriation de la souffrance d’autrui, non pas pour le dépouiller, mais pour le comprendre. Il y a aussi ceux qui philosophent, s’interrogent sur l’origine des choses : qui aurait « inventé » quoi et quand. En tenant compte des études et des opinions variées, nous allons tenter d’éclairer notre lanterne en répondant à la problématique « L’appropriation culturelle constitue-t-elle une forme de racisme ? ».

En 1979, dans le film « Elle », la célèbre actrice américaine Bo Dereck s’était faite des tresses africaines et avait déjà créé la polémique dans certains magazines américains comme le « magazine people ». Aujourd’hui, c’est au tour de Kim Kardashian de sortir un tutorial payant où elle explique comment réaliser des « KK Braids » autrement dit, « des tresses Kardashian ». Cela est apparenté à de l’appropriation de normes esthétiques propres à la culture africaine car elle ne citera pas la réelle origine de ces tresses. Sur ses « propriétaires », ces coiffures sont moquées, caricaturées et dénigrées. Or, quand des personnes blanches arborent les mêmes coiffures, elles sont glorifiées et célébrées sur les réseaux sociaux et dans les médias tel des réformatrices.

Qu’en est-il alors des femmes noires qui portent des cheveux lisses ? Pourrait-on dire qu’elles ont-elles aussi recours à l’appropriation culturelle ? Et pourtant, il semblerait qu’il s’agisse là d’un processus bien différent…En effet, les personnes non blanches sont dans un processus d’assimilation, car leurs peuples ont bien souvent été exterminés, dominés et dépossédés de leur culture. Afin d’avoir un minimum accès à un travail, à un réseau, bref à une « vie décente », ces personnes noires étaient obligées de s’assimiler à une culture dominante, et donc quelque part de « copier les blancs » pour espérer être intégrées.

Lien entre appropriation culturelle et racisme ?

Il existe de nombreuses similitudes dans la définition de l’appropriation culturelle et dans celle du racisme. Effectivement, dans l’appropriation culturelle, on parle de domination (rapport entre dominant et dominé) et dans le racisme on parle de races supérieure et inférieure. On pourrait donc en déduire qu’il y’a appropriation lorsqu’une culture dominante prend les aspects d’une culture dominée, ce qui signifie qu’elle se sent supérieur puisqu’elle prend sans demander un quelconque avis ou autorisation tel un roi et ses vassaux. Ces derniers étant considérée comme inferieure. Elle aurait donc « besoin » de la culture dominante pour s’élever. Dans ce cas, l’appropriation culturelle est alors une forme de racisme. Puisque l’appropriation dans ce cas s’incorpore, s’amalgame avec le racisme.

L’appropriation culturelle est une forme de racisme particulièrement sournoise. Elle participe du processus d’exploitation des communautés qui en sont victimes. La problématique qui tourne autour de l’appropriation est prise à la légère, « alors qu’en réalité elle est l’un des instruments les plus fréquents du racisme (…). Leur nier la condition d’humains est le début d’un système qui les considère avec tellement de mépris qu’il juge normal de disposer de leurs cultures comme de leurs corps »[1] Il est inutile d’insister sur le fait que le racisme à l’encontre des noirs trouve son origine dans l’esclavage. De plus Rodney William l’explique bien dans son livre : « La ridiculisation des gestes et des traits physiques, du langage, de l’habillement, etc., fait partie des aspects les plus pervers de l’appropriation »[2]. Le fait même d’imiter la culture d’une autre personne n’est pas un déguisement. Car être africain, afro- descendant ou asiatique ne se résume pas à une couleur de peau, à une culture, à l’esthétique — c’est bien plus que cela. La chosification des personnes « imitées » les dévalorise, les réduit à l’état de simple objet et les prive de leur humanité et de leur singularité.

Bahdana


[1] Le livre « appropriation culturelle » de Rodney William paru en 2019, pages 59-60

[2] Le livre « appropriation culturelle de Rodney William paru en 2019, page 61.


Sources:

https://theconversation.com/appropriation-culturelle-peut-on-voler-une-culture-136885

https://journals.openedition.org/perspective/518

https://www.marieclaire.fr/pourquoi-la-notion-d-appropriation-culturelle-fait-elle-tant-polemique,1293142.asp

https://old.belkin.ubc.ca/archives/kenneth-coutts-smith-fonds

https://www.nappyisbeautiful.be/2016/03/non-les-kardashian-nont-pas-invente-les-tresses/

11 Choses à savoir sur les tresses : symboles de la culture Noire par excellence

https://parismatch.be/actualites/people/355341/accusee-dappropriation-culturelle-pour-avoir-affiche-des-tresses-afro-kylie-jenner-devient-la-risee-de-la-toile/

https://www.nappyisbeautiful.be/2016/03/non-les-kardashian-nont-pas-invente-les-tresses/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s